Certains parents sont menés à se déplacer souvent pour le travail et parfois il arrive même qu’ils quittent leur pays. Lorsque cela arrive et que les enfants suivent, ils changent d’école, d’amis, ils doivent s’adapter à leur nouvelle vie. Voyons quelques points à ce sujet et notamment leur intégration à Paris.

Une mutation professionnelle avec la famille

Prenons l’exemple d’un couple, des cadres hollandais dans une grande société internationale. Ils ont tous les deux une grande opportunité d’évolution de carrière en acceptant un poste en France, à Paris. Ils ont deux enfants de 3 ans et 8 ans, le premier n’a pas encore commencé l’école, le second est en primaire.

Vont-ils laisser leurs enfants auprès de leur famille, une grand-mère, une tante, une sœur, ou suivront-ils ? Il est tout à fait normal de penser que ces petits vont être perturbés, qu’ils vont devoir tout recommencer et surtout perdre leurs repères. Toutefois, leurs parents ne peuvent dire non à cette évolution professionnelle, qui leur permettra de doubler leur salaire.

L’idéal est une école bilingue pour les enfants d’expatriés

Le gros problèmes pour les enfants qui changent de pays est évidemment le barrière de la langue et l’intégration dans une nouvelle école. D’un pays à un autre les méthodes d’apprentissage n’ont rien à voir. Il y a également les traditions, la culture, la scolarité à Amsterdam et à Paris est totalement différente.

Les enfants d’expatriés de ce couple de hollandais seront très heureux d’intégrer une école bilingue à Paris pour élève de maternelle et primaire. Ils apprécieront certainement la BISP, car c’est une école privée qui doit sa création à des expatriés justement. Il y a donc une véritable compréhension des attentes des parents venus travailler à Paris avec leurs enfants.

S’adapter à la vie parisienne lorsque l’on est jeune, que l’on a moins de 10 ans n’est pas si difficile que cela en soit. Il y a un temps d’adaptation qui peut aller de 3 à 6 mois, et durant cette période les enseignants d’une école bilingue maternelle comme la BISP sont là pour aider ces enfants d’expatriés.

Comment les enfants d’expatriés s’adaptent à leur nouvelle vie parisienne ?
5 (100%) 1 vote